Présentation

27 avril 2007

Océric n’est qu’un pseudo, c’est un combiné des prénoms de mes petits enfants. Je suis née le 09 décembre 1958 de parents français. Un de mes défaut est la fainéantise et ma qualité est ? Niveau d’étude Bac -4 

Mon mari et moi avons dix ans et demi d’écart, nous nous sommes mariés le 19 juillet 1980 et de notre union est né deux adorables enfants.

Le 18 novembre 1980 vennait au monde notre premier enfant une jolie petite fille et quatre ans et demi plus tard notre fils naissait le 28 juin 1985. Notre garçon est une personne Autiste, il vie dans un foyer médicalisé pour adultes Autistes (Le CAAP). Toutes les trois semaines nous allons le chercher pour un congé de fin de semaine. 

Aujourd’hui notre fille est mariée et maman de deux adorables pitchounets. Une petite fille qui est née le 12 juillet 2004 et un petit garçon né le 01 août 2006.

Nous sommes à la retraite et lorsque nous le pouvons, nous voyageons en camping-car. En dehors des voyages, mon autre plaisir est l’écriture malgré mes fautes d’orthographe et de français. L’écriture est pour moi une autre façons de m’évader.

A bientôt.

Océric

                                                                                   

 

 

Petit Ange

6 mai 2007

 

Envole toi petit piaf, vole à petites ailes.

Va t’en loin, va t’en dans la quiétude, qu’ici rien ne te retienne.

Rattrapes le ciel et l’éther, laisse-nous abandonne cette terre.

Débarrasses toi de ce paletot de misère, change de galaxie.

Envoles toi petit piaf, voles petit ange.

Débarasses toi de ce corps de souffrance, laisse nous pour qu’enfin ce mal cesse.

Chemine vers l’autre rive, celle des fleurs et des rires.

Celle que tu voulais tant, de ta vie d’homme.

Envole toi petit ange, puisque rien n’apaise ta douleur.

Abandonne ce mal et envole toi pour ce dernier voyage.

Vole petit piaf, tu ne l’as pas volé, deviens souffle pour t’envoler.

Vole, vole petit ange, quitte ta peau de misère, va retrouver la lumière.

           »Ce modeste poème est dédié à notre rayon de soleil Gregory LEMARCHAL  »

A David,

26 avril 2007

Amon ami,

Quand je venais vers toi

Comme tu aimais me voir.

Mon monde à moi, était pour toi

D’une singularité particulière.

Un jour, ensemble avec Mistral

Nous jouions au ballon à perdre haleine.

Pour la première fois

J’avais un complice qui guidait mes pas.

Un jour de mois d’août 2006

Nous, nous sommes dit au revoir.

Sans le vouloir, sans le savoir

Tu me laissais seul, comme un oiseau tombé du nid.

Sans comprendre pourquoi

Mes yeux se sont envahis d’ombre.

Toi mon ami un jour tu es venu vers moi

Du bout de ton regard

Nous, nous sommes dit au revoir.

                         Au revoir mon ami et merci.

                           Anthony L

Ce poème est l’histoire de deux jeunes gents du même âge, Anthony L (jeune homme autiste) et David ayant un cancer.  

L’écriture

26 avril 2007

Bonjour, ceci est mon premier article.

L’écriture commence là-bas, au loin, là dans mon enfance.

Elle s’arrête au loin, là où l’on ne voit plus rien, que l’au-delà.

L’écriture c’est le témoin du vide, le témoin du plein.

Qelques lignes écrites au fil des émotions, lancées dans le fleuve de l’interrogation, disent de nous nos divers horisons.

Pourquoi la connaissance de ce que je suis, comment la mer s’éloigne t’elle d’elle même?

Peut on percer dans le rayons de l’écriture, ce soleil qui surnage dans le fleuve de notre quotidien?

Soutenues par mes marges, les fioritures de mes émotions se terrent au gré des jambages de mon langage.

Il faut partir à la découverte du sens de la graphie.

Entendre sa voix, son souffle, la musique du crayon.

Découvrir sur la plage de son écriture, le coquillage sous lequel se cache la personne.

J-P G